Para Doxa

Para Doxa

Création 2019 

Para Doxa est une pièce chorégraphique pour 5 interprètes. Une féérie mathématique où temps dansés et exposés scientifiques se répondent, pour faire vivre au public les plaisirs de la réflexion sur les thèmes du partage, de l’équité et de la démocratie. Le spectacle s’inspire du procédé d’Alain Resnais dans le film « Mon oncle d’Amérique » (1980) : une alternance de séquences de vie, éclairées par la voix du neurobiologiste Henri Laborit.

Dans Para Doxa, le propos s’illustre par la mise en scène d’un collectif d’artistes en création. Au gré de leurs débats et tâtonnements, la danse rend sensible la réflexion. Les questionnements se posent et se reposent. Les artistes doivent choisir, partager, voter… bref, prendre des décisions. Ils font face à des situations qui résistent, dont les solutions sont paradoxales.
Le collectif se lance dans la création d’un personnage imaginaire pour leur pièce, une « figure mythique » inspirée du Marquis de Condorcet qui serait la résolution des paradoxes auxquels ils font face, un rempart aux idées toutes faites, La Doxa.
Engagés politiquement dans l’émancipation du citoyen, les artistes cherchent ainsi à aider tout un chacun à déconstruire les idées reçues et à penser par soi-même.
Haro sur les conclusions faciles !

Avec Para Doxa, la compagnie David Rolland Chorégraphies se lance le défi d’articuler avec humour danse et mathématiques.

David Rolland  partage l’écriture de Para Doxa avec François Sauvageot, enseignant-chercheur en mathématiques (ENS, Université, CNRS), Maï Pham-Sauvageot chorégraphe pour Résonance – Art et Science; et Denis Renault, ingénieur Arts & Métiers, ancien élève de l’ENS de Cachan, aujourd’hui comédien et enseignant l’option théâtre au baccalauréat.

En détail

Il était une fois les mathématiques.
Entre créativité et rigueur, entre imagination et observation. Entre intuition et déduction. Virevoltant d’une volonté active à une pensée contemplative, en passant par un désir de perfection esthétique. L’être humain peut penser une chose et son contraire. C’est une de ses forces. Son cheminement est en équilibre sur des contradictions et des paradoxes.

Si tu me donnes un euro, et que je te donne un euro, nous aurons chacun.e un euro. Mais si tu me donnes une idée, et que je te donne une idée, à la fin nous aurons chacun.e deux idées.

Le spectacle dans le spectacle : la création d’un Mythe
Les mythes comme ceux de Narcisse, d’Icare ou de Sisyphe ont pour fonction d’expliquer une difficulté d’ordre morale et métaphysique.
La pièce en construction qui est donnée à voir a pour sujet et enjeu l’invention d’une nouvelle figure mythique : une mathématicienne qui poursuit des idéaux de justice et d’équité. Pour ce faire, elle reçoit les dons de discernement, de raisonnement et d’imagination. Ses préoccupations scientifiques et sociales sont inspirées de celles du Marquis de Condorcet (intellectuel engagé reconnu pour ses travaux sur les mathématiques sociales autour des questions de démocratie et de vote).
Les interprètes trouvent dans ce personnage mythique les réponses à leurs problématiques de prise de décision. Cette mise en abîme fait écho à la question mathématique des « Fractales ».

Les paradoxes
Un paradoxe mathématique est une situation qui engendre une appréciation « à première vue » erronée d’un phénomène. Une vision correcte de ce phénomène ne va pas de soi et rencontre une résistance quelle que soit l’approche choisie. Par extension, l’interrogation paradoxale est définie comme une lutte contre ses propres réponses automatiques. C’est également une lutte contre une opinion majoritaire ou un préjugé populaire (la Doxa).
Nous mettrons en jeu dans Para Doxa plusieurs paradoxes dont ceux dits de « Simpson » qui analyse les tendances ou processus de sélection, de « Condorcet » sur la question du vote, du « Lemme de Sperner » sur la question d’équité ou encore de « Laplace » sur les corrélations illusoires, autrement dit « au bout de combien de vérifications une chose est-elle vraie ? »

Calendrier de production
26 février au 3 mars 2018 : résidence d’écriture, Lolab Nantes
23 au 28 avril 2018 : La Méridienne, scène conventionnée de Lunéville
1er au 20 juillet 2018 : TU-Nantes
22 au 26 octobre 2018 : Espace de Retz à Machecoul
29 octobre au 6 novembre 2018 : Le Prisme à Elancourt
7 au 14 janvier 2019 : Le Prisme à Elancourt

Distribution

Conception du projet : David Rolland, François Sauvageot, Maï Pham-Sauvageot, Denis Renault
Interprétation : Valeria Giuga, Anne Reymann, David Rolland, Fani Sarantari, Maï Pham-Sauvageot
Création musicale et régie son : Roland Ravard

Création et régie lumières : Michel Bertrand
Régie de plateau 
: Marion Laroche
Programmation vidéo : Claire Pollet
Costumes : Micha Derrider

Calendrier

> Filtrer

lun14jan - 15Toute la journéePara DoxaLe Prisme - Elancourt (78)

ven18janToute la journéePara DoxaLa Méridienne - Lunéville (54)

ven25janToute la journéePara DoxaL.A Danse en Fabrique - La Fabrique Chantenay - Nantes (44)

jeu28févToute la journéePara DoxaThéâtre de Verre - Châteaubriant (44)

mar5mar - 6Toute la journéePara DoxaThéâtre de L'Espace de Retz - Machecoul (44)

jeu25avr - 26Toute la journéePara DoxaTU-Nantes (44)

Partenaires

Production : association ipso facto danse.
Coproduction : La Méridienne – Théâtre de Lunéville, scène conventionnée pour les écritures scéniques croisées / La Commanderie – Mission Danse de Saint-Quentin-en-Yvelines / Musique et Danse en Loire-Atlantique
Accueils en résidence : Lolab – Nantes, le TU – Nantes, Espace de Retz – Machecoul en partenariat avec Musique et Danse en Loire-Atlantique, Le Prisme – Théâtre d’Elancourt

Dates Passées